Vin : le French Paradox

Alors que la plupart des vendanges sont en train de se terminer, les spécialistes reviennent sur l’information selon laquelle le vin serait bon pour la santé. Alors, n’est ce qu’un prétexte pour boire un peu plus ou une vérité ?

Certaines études ont tout d’abord montré que la consommation modérée de vin (un à deux verres par jour) permettait de réduire significativement les angines de poitrine et l’infarctus du myocarde. Le vin contribue en effet à la bonne santé des artères coronaires et protège de manière générale des maladies cardiovasculaires. Cette vérité s’applique particulièrement aux personnes de plus de 60 ans.

Plus étonnant, un verre de vin par jour protégerait aussi…le foie ! C’est la revue « Hepatology » et les chercheurs de l’école de Médecine de San Diego qui se sont aperçus que cela éviterait les troubles hépatiques. Il serait même conseillé de consommer un peu plutôt que de ne jamais boire.

Toutes ces études concernent le vin rouge, dont les polyphénols ont un effet vasodilatateur. Ce French Paradox, comme l’ont nommé les anglophones, fait parti de nombreux autres et désigne la contradiction entre l’alimentation française, parfois très riche, et les résultats sur le corps, souvent étonnants et bons !

Ce French Paradox concerne surtout l’alimentation du sud ouest, où les infarctus sont beaucoup plus faibles qu’ailleurs. Autres produits intéressants pour la santé dont on se méfit trop pourtant, les poissons gras qui favorisent la longévité, les glucides plutôt que les lipides, qui contrairement à ces derniers ne favorisent pas l’obésité et les maladies cardio-vasculaires et l’huile d’olive, qui entre dans le régime méditerranée, réputé comme l’un des meilleurs du monde.

Prendre soin de soi ne veut donc pas forcement dire s’interdire certaines choses. Lorsqu’ils sont consommés modérément, vin, graisses et bon cholestérol sont de vrais alliés pour notre santé !

Soyez le premier à déposer un commentaire

Laissez un commentaire