Comment payer ses lunettes moins cher ?

Que ce soit en ligne ou directement chez les opticiens, la concurrence permet aujourd’hui de faire de vraies économies sur ses achats de lunettes. Quand on sait que le prix moyen d’une paire équipée de verres progressifs est de 591€, il est normal de chercher à réduire la facture ! En règle générale, la sécurité sociale va prendre en charge environ 1,70€ sur la monture et 15€ sur les verres. Quant aux complémentaires santé, elles couvrent au mieux les deux tiers du prix.

Le premier moyen de réaliser des économies, c’est de choisir les marques de distributeurs. Essilor, Carl Zeiss, Rodenstock ou encore Hoya livrent les grandes enseignes de magasins à la manière de ce qui se passe dans les supermarchés. Ces verres ne sont pas de qualité moindre mais la diminution du prix s’explique par l’utilisation des verres d’avant-dernière génération, c’est-à-dire qu’il n’y a aucune innovation, celle-ci étant réservée aux marques. Mais la réduction peut avoisiner les 20% voire les 35% ! Le principe est le même pour les montures, achetées en Asie ou dans le Jura, qui sont produites en grande quantité et affichent donc un prix plus intéressant que celles des marques plus prestigieuses.

On peut également se tourner vers les sociétés gestionnaires du « risque santé » avec lesquelles travaillent les mutuelles. Elles sont chargées de négocier les prix avec les professionnels qu’ils soient opticiens, audioprothésistes… Les adhérents des mutuelles vont ensuite être orientés vers les meilleures offres qui peuvent aller jusqu’à -50% de rabais sur les verres auquel on peut ajouter 10% sur les montures, soit parfois des centaines d’euros d’économie. Le seul inconvénient de cette méthode est que les partenaires de ces sociétés ne sont pas très nombreux et qu’il est parfois difficile de trouver un magasin agrée prêt de chez soi.

Dernier choix, chercher en ligne les meilleurs prix. Les sites spécialisés affichent des coûts défiant toute concurrence, parfois deux fois moins cher qu’en magasin, des tarifs qui s’expliquent par l’absence de charge de magasins et de personnel. Ce à quoi il faudra faire attention, c’est la prise de mesure que les sites proposent : rien ne vaut une ordonnance récente ou la précision d’un ophtalmologiste. Autre problème, lorsque l’on a besoin d’une correction importante, ces sites ne sont pas en mesure de la fournir, ne souhaitant pas risquer de détériorer la vue de leurs clients ! Les bons points : un délai de rétractation, l’échange ou le remboursement sous 30 jours après réception et la possibilité d’essayer gratuitement chez soi !

Soyez le premier à déposer un commentaire

Laissez un commentaire