Ce que cache la fatigue visuelle

Après 50 ans, nos yeux se fatiguent de plus en plus vite et sans parler de vraies maladies, la fatigue visuelle est déjà assez déplaisante pour que l’on s’y intéresse de près.

Yeux secs, maux de tête et vision floue ou dédoublée, la fin de journée est souvent synonyme de douleurs au niveau de la vision. Cette fatigue visuelle touche d’autant plus les personnes qui sollicitent beaucoup leur vue ou qui passent des heures derrière un écran d’ordinateur. Cet abus est d’ailleurs l’une des premières causes de ces désagréments. On estime que les premiers symptômes apparaissent au bout de 4 heures d’écran par jour, que ce soit l’ordinateur ou le téléphone portale. Les yeux passent leur temps à s’adapter à la luminosité changeante, c’est pourquoi des pauses de 5 minutes au moins toutes les heures sont indispensables. L’idéal, opter pour un éclairage tamisé et pour des lunettes dites « de proximité ».

Les lunettes peuvent elles aussi être la raison d’une fatigue visuelle. Une vue mal corrigée et ce sont les yeux qui doivent à nouveau travailler pour rétablir l’erreur. Dès 45 ans, si une gêne en vision de près survient, c’est le signe d’une hypermétropie ou d’un début de presbytie. Pour le savoir, on teste sa vue en ligne sur un des nombreux sites qui existent et on retourne voir son opticien à condition que sa dernière ordonnance date de moins de 3 ans. Sinon, l’ophtalmologiste procédera à des examens afin de mettre de côté toutes maladies (comme le glaucome) et déterminer la correction nécessaire.

La fatigue visuelle peut aussi être la conséquence d’un problème de convergence. Les muscles oculomoteurs montrent des signes de faiblesse qui se caractérisent par une sensation de flou, une vision dédoublée… La solution, quelques séances chez l’orthoptiste suffise souvent à les renforcer ou chez soi on peut essayer quelques exercices simples comme le fait de fixer un stylo ou son doigt que l’on rapproche et éloigne face à soi puis sur les côtés, le tout sans bouger la tête.

Il arrive aussi que des yeux naturellement secs soit la cause de cette fatigue qui devient alors oculaire et non plus visuelle. Les yeux piquent et sont irrités et ces sensations désagréables sont souvent dues à une production insuffisante de larmes ou à l’oubli de cligner des yeux pendant la lecture. On peut alors utiliser des larmes artificielles, très efficaces chez les porteurs de lentilles, ou l’on humidifie la pièce dans laquelle on travaille pour changer l’air !

Soyez le premier à déposer un commentaire

Laissez un commentaire