A quoi sert l’hypnose ?

Utilisée depuis des siècles, l’hypnose fascine ou effraie mais ne laisse personne indifférent. Connue pour stimuler l’inconscient, elle permettrait d’arrêter de fumer, de mieux dormir et de régler toute sorte de problèmes le temps de quelques séances. Mais comment fonctionne t-elle ?

Si ses mécanismes demeurent mystérieux, nombreux sont ceux qui croient à l’hypnose. Ce phénomène, très complexe, fait passer le sujet dans un état modifié de conscience, qui n’est pas celui du sommeil, mais s’apparente davantage au rêve, à la relaxation

Lorsque l’on est hypnotisé, on est comme en transe et la vigilance qui permet à chacun de raisonner au quotidien change. Les effets de cette méthode ont été prouvés scientifiquement. Une séance dure environ 45 minutes. Le patient doit fermer les yeux ou fixer un pont précis et le thérapeute lui demande de se détendre. Il s’agit de la période de « préinduction ». D’une voix généralement douce et monocorde, il propose ensuite au patient de se concentrer sur certaines zones du corps (phase d’ « induction ») jusqu’à ce qu’une somnolence s’installe. Si celui-ci est dans le bon « état », il sera capable de répondre positivement aux questions du thérapeute qui peut demander de lever une main par exemple. Viennent ensuite les suggestions (« votre douleur à la jambe disparait »…) puis le patient se réveille au terme d’un compte à rebours et commente la séance.

D’après les études, 5% de la population aurait beaucoup de mal à être hypnotisé et 10% seraient au contraire très réceptifs. Au niveau des résultats, on note que le taux de réussite pour l’arrêt du tabac est de 80% et que la méthode permet de diminuer la prise de médicaments en cas de douleurs, apaise les problèmes de poids, les troubles psychologiques et les maladies psychosomatiques comme l’eczéma, les rhinites, les troubles de la voix. Les maladies chroniques peuvent aussi être soignées par ce biais, comme les acouphènes. Il serait aussi possible de maigrir.

Pour ceux pratiquant l’hypnose, il serait possible d’auto-hypnotiser puisque le véritable pouvoir de guérison se trouverait en chacun de nous. Des guides existent et demande un grand calme et une maîtrise de ses émotions.

Du côté des polémiques, face à la grande augmentation aux Etats-Unis des cas d’incestes découverts sous hypnose, certains parlent de « syndrome de faux souvenir » et de thérapeutes qui influenceraient inconsciemment leurs patients. Pendant la séance, souvenirs enfouis, fantasmes et autres se mêlent et deviennent parfois si réels qu’il est impossible de discerner le faux du vrai. Mais si cela n’a pas été prouvé, on sait par contre que les incidents sont impossibles. Nul ne reste dans cet état s’il n’est pas « réveillé » et les hypnotiseurs ne peuvent pas forcer un individu à faire quelque chose qui irait à l’encontre des valeurs du patient. Il faut de manière générale toujours se tourner vers des associations reconnues officiellement pour choisir son thérapeute.

Soyez le premier à déposer un commentaire

Laissez un commentaire